Participation à la deuxième édition du Forum Mondial des Droits de l’Homme :

Organisation du Forum thématique des : « Droits des jeunes et droit international des droits de l’Homme: état et pistes de développement. »

L’institut Prometheus a pris l’initiative de plaidoyer pour la nécessité d’un instrument juridiquement contraignant, qui assurera la promotion et la protection des droits des jeunes au niveau universel.

Si à travers le temps des options intermédiaires à court et moyen terme ont été préconisées, notamment l’intégration de la question des droits des jeunes dans le travail des organes de suivi des traités, des procédures spéciales et au sein du mécanisme de l’Examen périodique universel, ainsi que l’analyse des lacunes et limites du cadre des droits de l’Homme actuel en relation avec la jeunesse, aussi l’idée d’un rapporteur spécial sur la jeunesse en tant que procédure spéciale du Conseil des droits de l’Homme, l’institut a su rallier autour de cette cause 2 autres organisations de jeunesse marocaine qui ont bien voulu plaidoyer à nos côtés pour un droit international des droits de l’Homme en faveur des jeunes.

Ce forum a été un moment d’échange d’expériences, de débat pluriel et d’approfondissement de la réflexion sur une question émergente et de plus en plus pressante : l’opportunité d’un cadre normatif international spécifique aux droits des jeunes mais aussi des différentes options susceptibles de renforcer l’institutionnalisation des droits des jeunes au sein du système international des droits de l’Homme. Le forum thématique procédera notamment à l’analyse et à l’évaluation du cadre juridique actuel et de l’approche du système des Nations Unies en matière de jeunesse. Il permettra, le partage des expériences et de bonnes pratiques au niveau régional ainsi que la mobilisation des organisations de jeunesses, des cadres de coopération régionale et internationale en faveur de la promotion des droits des jeunes.

 

« Coalition Mondiale pour une Convention Internationale des Droits des Jeunes »

Aujourd’hui, l’humanité connait la plus large génération de jeunes dans l’histoire, ces derniers occupent une place centrale dans les dynamiques de changement, et représentent ainsi un réel levier de développement au sein de chaque société. Dans le cadre du suivi des processus de législation internationale en matière des droits et libertés qui se présentent sous forme de déclarations générales ou thématiques, nous constatons qu’il en ressort de ce fait un paradoxe à deux niveaux: A premier niveau, on constate qu’au moment où les jeunes ont pris le flambeau de la rénovation et de la démocratisation de leurs Etats et de leurs sociétés respectives, en militant chaque jour et de manière continue, ces derniers ont été livrés à diverses formes de répression et de violation de leurs droits et libertés. Ils se sont ainsi retrouvés écartés de toute approche permettant d’aborder la jeunesse comme une catégorie spécifique nécessitant un cadre juridique particulier, surtout dans les pays qui connaissent des déficits au niveau de leurs structures démocratiques garantes du respect et de la protection des droits humains, économiques, sociaux et politiques, ce qui influence directement les politiques et programmes destinés a cette catégorie. Au deuxième niveau, on remarque qu’au moment où la législation internationale a connu une évolution à travers son intervention au niveau des droits politiques, sociaux et culturels, ainsi qu’à l’ensemble des nouvelles générations des droits humains, cette même législation internationale est restée faible en matière des droits des jeunes. Le bilan et les résultats du travail des Nations Unies dans le domaine des droits fondamentaux des jeunes depuis plus d’un demi siècle, demeure faible et n’atteint malheureusement toujours pas le niveau requis, en effet, ce dernier reste confiné dans le cadre de droits dispersés dans plusieurs chartes. C’est dans cet objectif que nous, jeunes rassemblés au sein du Forum Mondial des Droits de l’Homme organisé à Marrakech du 27 au 30 Novembre2014, annonçons la création de la Coalition Mondiale pour une Convention Internationale des Droits des Jeunes, et ce, afin de contribuer à unifier les efforts des mouvements de jeunes a l’échelle mondiale pour l’adoption d’une convention propre à nous, les jeunes.