Aller au contenu Passer à la barre latérale Passer au pied de page

Télécharger ICI

Aujourd’hui, l’importance de l’équilibre écologique et des services écosystémiques, n’est plus à prouver, eu égard des rôles multiples dont ils sont détenteurs. C’est seulement quand nous veillerons sur la pérennité de cet équilibre, et de nos ressources, que nous pourrons garantir aux générations futures le droit de vivre dans un environnement sain, comme prévu par la Résolution A/RES/45/94 de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Depuis sa création, l’Institut Prometheus pour la Démocratie et les Droits Humains (IPDDH), n’a cessé de croire en la justesse de la question écologique dans sa dimension universelle, compte tenu du caractère fondamental du droit à un environnement propre, sain et durable.

Et ce, à travers une panoplie d’actions, de programmes et de partenariats avec des instances et des organismes nationaux et internationaux, opérant sur des problématiques relatives à la question écologique, au changement climatique et sur les questions des droits environnementaux dans leur globalité. Considérée comme une condition préalable à la réalisation d’autres droits humains, dont le droit à la vie, à l’alimentation, à la santé et à un niveau de vie suffisant. La question écologique est au cœur de l’énoncé lié au droit à la santé cité dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC).

En ce sens, les États sont tenus de prendre des mesures concrètes et progressives, pour élaborer, mettre en œuvre et maintenir des cadres appropriés pour lutter contre le changement climatique, à commencer par s’engager officiellement en faveur de l’action climatique sur la scène internationale mais également en traduisant leurs promesses dans les législations nationales.

Subséquemment, cette mise sur agenda de la question climatique interpelle l’action publique, et questionne la prise en charge politique des enjeux climatiques. C’est pourquoi dans un premier temps, nous faisons l’état des lieux des engagements des partis politiques marocains en faveur de la question écologique, en analysant dans ce travail les programmes électoraux élaborés et publiés lors des élections législatives marocaines de 2021.

Partant du fait que les programmes seraient l’expression de l’offre politique soumise à l’arbitrage des électeurs. Ce travail considère les programmes électoraux exclusivement comme opus operatum, et donc susceptibles d’être codés le plus objectivement qui soit. Conscients que les priorités de l’action publique sont le résultat d’une sélection parmi des enjeux et des moyens d’action concurrents, et que les élections de 2021 interviennent dans un contexte économique phagocyté d’abord par la crise sanitaire, puis par la conjoncture économique internationale marquée par la hausse des prix, les questions du changement climatique s’imposeraient naturellement grand-peine lors de ce mandat. La question qui se pose alors dans ce contexte est la suivante : les politiques marocaines sacrifieraient-elles les questions écologiques sur l’autel de la nécessité de croissance post crise?

Ainsi, nous proposons dans ce travail dans un second temps, une comparaison de ces engagements avec ceux du mandat précédent. Sous le prisme de la saillance, ce travail nous permettra d’analyser les stratégies d’engagement et de sélection qui sont réservées à la cause climatique dans les programmes électoraux, surtout dans un contexte de crise sanitaire sans précédent vécue partout dans le monde en 2020.

De la difficulté d’accommoder un discours fondé sur la défense de la croissance économique avec la nécessité de préserver l’environnement, aux critiques parues dans le contexte du confinement mettant à bas le productivisme et le consumérisme mis en arrêt pendant cette période, l’évaluation d’une relance économique juste et durable sur la base de cette analyse nous est parue essentielle. Enfin, ce travail permettra également de s’ouvrir à d’autres problématiques de recherche liées à la nature de l’électorat (est-il écologique ou pas) et à la tendance d’écologie politique au Maroc, maintenant que notre pays réoriente son modèle de développement sur le chemin d’une croissance durable et résiliente.

Bureau exécutif Institut Prometheus pour la Démocratie et les Droits Humains (IPDDH)

Quelle est votre réaction ?
0Smile0Angry0LOL0Sad0Love

Ajouter un commentaire

Institut Prometheus pour la Démocratie et les Droits Humains

est une ONG indépendante de l’Etat, des partis politiques et des syndicats. C’est un espace d’échanges entre des jeunes marocains engagés pour la promotion des principes de la démocratie, et des valeurs des droits humains tels qu’ils sont universellement reconnus.

Institut Prometheus pour la Démocratie et les Droits Humains

est une ONG indépendante de l’Etat, des partis politiques et des syndicats. C’est un espace d’échanges entre des jeunes marocains engagés pour la promotion des principes de la démocratie, et des valeurs des droits humains tels qu’ils sont universellement 

IPDDH © . All Rights Reserved.