تخطى الى المحتوى انتقل إلى الشريط الجانبي تخطي إلى اخر الصفحة

Partenaire: CCFD-Terre Solidaire

Date : le 19 Novembre 2022

Lieu: Hôtel Rabat-Rabat

Bénéficiaires: 30 Étudiants.es

Descriptif:

Le droit au logement convenable pour les étudiants marocains est souvent associé dans les débats publics à la précarité de la condition d’étudiant.e.s. Dans le cadre de nos enquêtes de terrain alimentant notre contribution dans le Rapport Annuel des états de lieu des discriminations au Maroc, nous avons souligné les différentes discriminations dont souffrent les étudiants des cités universitaires en temps normal, mais surtout en période de crise sanitaire du Covid19. 

Il en ressort que, les étudiants bénéficiaires de ce logement font face de manière permanente à la marginalisation de leur droit à un logement convenable, avec toutes ses répercussions sur leur itinéraire académique.

 Les cités universitaires sont un véritable atout pour l’intégration sociale des étudiants, mais aussi leur réussite, chaque année les étudiants se ruent sur les logements particuliers et la colocation quand il ne reste pas de place dans les cités universitaires. Assurément les cités universitaires ne sont certainement pas suffisantes pour accueillir tous les étudiant.e.s marocains en provenance de plusieurs villes du pays. En effet, la plupart se battent pour décrocher une place en résidence universitaire, mais même avec l’augmentation du nombre de places dans les cités universitaires, le logement étudiant demeure un problème majeur au Maroc.

La superficie des chambres dans les cités universitaires actuelles varie entre 9m2 et 20m2 au maximum. Elles contiennent des placards, des tables et des lits séparés. En revanche, la cuisine et les salles de bains sont partagées par les étudiants de chaque étage, le manque de confort dans les chambres fait partie des principaux reproches des étudiants. En général, les chambres sont très petites et sont destinées à accueillir quatre, voire cinq personnes avec des lits superposés, de petites tables en guise de bureaux et des mini placards, sans oublier les murs de séparation des chambres dans les dortoirs qui n’atteignent pas le plafond, ce qui constitue une violation de l’intimité des étudiants et les empêche de travailler.

La question de l’insuffisance de la capacité d’accueil est due principalement au nombre limité des cités universitaires, et au nombre des étudiants qui ne cesse de croître. La capacité totale actuelle des 29 cités que compte le Maroc, est de 90.000 lits environ face à 900.000 demandes. Les conditions de vie des étudiants restent différentes d’une cité à une autre, dans certaines cités, les chauffe-eaux pour les douches ne sont pas disponibles et les étudiants doivent fréquenter les bains publics ou chauffer l’eau par d’autres moyens pour se laver, sans oublier la queue pour que les étudiants atteignent la cuisine qui est partagée avec tout un étage.

Par ailleurs Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, M. Saïd AMZAZI a annoncé le 11 Octobre 2021, que les espaces d’hébergement seront ouverts d’abord aux étudiants qui ont précédemment bénéficié d’un logement universitaire et ensuite les nouveaux bacheliers. Et ajoute : « Afin d’assurer un retour en toute sécurité des étudiants résidant dans les cités universitaires, les procédures et modalités associées à cette démarche seront annoncées ultérieurement au niveau de chaque circonscription universitaire. Et ce, conformément au protocole sanitaire établi par le ministère de la Santé », indique le ministère, tout en précisant que « les bénéficiaires devront ainsi respecter les différentes mesures de prévention et de précaution visant à limiter la propagation du Covid-19 ».

Dans un contexte de réouverture des cités universitaires et toujours dans une conjoncture d’état d’urgence sanitaire, les problématiques annoncées ci-haut, se posent avec acuité.

La table ronde permettait, de :

●      Permettre aux décideurs, notamment du ministère de tutelle d’échanger à propos de leur stratégie d’ouverture des cités universitaire dans ce contexte inédit ;

●      Ouvrir un espace de débat et de discussions entre les bénéficiaires du logement dans les cités universitaires et les responsables de ces dernières ;

●      Établir un diagnostic complet de la situation de vulnérabilité des étudiants, et de l’ensemble des violations qu’ils subissent en lien avec le droit au logement ; 

●      Collecter les éléments de plaidoyer pour assurer aux étudiant.e. s, un logement qui répond à l’ensemble des critères du logement convenable ;

LES THÉMATIQUES abordées

  1. La capacité d’accueil des cités universitaires au Maroc aujourd’hui pour la rentrée scolaire 2021 ;
  2. Taux d’intégration des nouveaux étudiants en comparaison avec le taux des anciens ;
  3. Critères de sélection des étudiants suite à la capacité réduite pour cause Covid19 ;
  4. Etat d’avancement de la programmation de construction de nouvelles cités universitaires ;

Avec la présence de Mme Ilham BENRAHNNOU cheffe de la Division des affaires sociales et de la la vie étudiante à l’ONOUSC, et M. Abderrahim EL MASSAOUDI, Responsable de la Résidence Universitaire Bayt AL MAARIFA à Rabat.Pour rappel cette activité organisée en partenariat avec le CCFD- Terre solidaire s’inscrit dans les efforts de l’Institut pour l’intégration et l’insertion des jeunes en général et de ceux.celles issu.e.s du milieu étudiant et lycéen en particulier.

ما هو رد فعلك؟
0يبتسم0غاضب0مضحك جداً0حزين0الحب

أضف تعليق

معهد بروميثيوس للديمقراطية وحقوق الإنسان

هي منظمة غير حكومية مستقلة عن الدولة والأحزاب السياسية والنقابات العمالية. إنها مساحة للتبادل بين الشباب المغربي الملتزمين بتعزيز مبادئ الديمقراطية وقيم حقوق الإنسان كما هي معترف بها عالميا.

معهد بروميثيوس للديمقراطية وحقوق الإنسان

هي منظمة غير حكومية مستقلة عن الدولة والأحزاب السياسية والنقابات العمالية. مساحة للتبادلات بين الشباب المغربي الملتزمين بتعزيز مبادئ الديمقراطية وقيم حقوق الإنسان كما هي عالمياً. 

IPDDH ©. كل الحقوق محفوظة.